04 janvier 2020 ~ 0 Commentaire

Morbihan : leurs huîtres contaminées, les ostréiculteurs demandent une enquête à l’État

MjAyMDAxNjY2OGVlZWJlZmNmOTEzM2I3OWQ0YWQzZTBhNDFiOGU

Le secteur ostréicole morbihannais est touché par des fermetures sanitaires dans plusieurs zones depuis décembre. Ce vendredi 3 janvier 2020, une centaine d’ostréiculteurs se sont réunis, à Auray, au siège du Comité régional de la conchyliculture (CRC) de Bretagne Sud. Les services de l’État ont pris part à ce rendez-vous pour expliquer la situation. « Nous avons des fermetures dans sept zones du Morbihan pour présence de norovirus. Ce n’est jamais arrivé à cette période », pointe Philipe Le Gal, président du CRC. Le norovirus est celui de la gastro-entérite.

« Comprendre ce qui se passe »

Les premiers arrêtés pris en décembre concernaient des secteurs des rivières d’Auray et de Crac’h, puis de Saint-Philibert. Anse du Pô, baie de Plouharnel, rivière d’Etel : depuis, d’autres périmètres sont aussi concernés. « Les zones à risque potentiellement sont fermées. Les lots d’huîtres suspects ont été retirés de la vente. Ceux qui restent ne présentent pas de risque, rappelle Philippe Le Gal. Maintenant, on veut comprendre ce qui se passe. On demande une enquête aux services de l’État. »

Si du norovirus est détecté, « c’est qu’il arrive à la mer alors qu’il ne le devrait pas », souligne Jean Mahéo, président du syndicat ostréicole de la ria d’Etel. Dans un premier temps, « ce sont les humains, ayant des gastro-entérites, qui polluent les huîtres ». Il pose la question d’un port comme La Trinité-sur-Mer, « ville flottante », ainsi que de l’assainissement collectif et individuel, avec certains propriétaires « refusant les contrôles de leurs installations ». Le préfet « nous a dit que des actions de recherche » seraient entreprises,indique Philippe Le Gal.

« Une véritable catastrophe »

Sur le site change.org, un groupe de professionnels du Morbihan, réunis sous le nom d’Alliance ostréicole, a lancé, ce début janvier, une pétition adressée à l’État. Ce vendredi soir, plus de 1 600 personnes l’avaient signée.

 ’« C’est la cinquième fois en quatre ans que le secteur morbihannais subit ces interdictions, écrit l’Alliance ostréicole. Il s’agit d’une véritable catastrophe économique et humaine que nous impose un État qui est incapable de protéger notre magnifique littoral. »

Ils demandent une prise en charge de l’urgence écologique et une indemnisation pour la perte d’activité et l’image entachée des huîtres de Bretagne-Sud.

Outre l’État, les collectivités locales, et notamment la communauté de communes Auray Quiberon territoire Atlantique (Aqta), sont visées dans la pétition. « Les élus du Morbihan se gargarisent d’accueillir toujours plus d’habitants et de touristes, signant des permis de construire à tour de bras tout en oubliant de veiller à la gestion des rejets humains et de l’assainissement. »

Contactée, la communauté de communes Aqta réserve sa communication pour la semaine prochaine.

Dans le Morbihan, la filière ostréicole fait vivre 1 200 personnes à travers les 330 entreprises et 5 150 parcs et bassins ostréicoles.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus